depuis 1 mois 260

Conférence/débat de Jean François Bernardini sur le thème de la non-violence

Dès les premiers mots prononcés par Jean-François Bernardini, Président de la Fondation UMANI, invité d'honneur pour la 11e édition de la quinzaine de la non-violence orchestré par le MAN-Océan Indien avec la collaboration des Amis de l'Université de la Réunion, le ton était donné.

Ce bel homme à l'allure modeste, rempli de bienveillance et débordant de passion pour la Nature, nous transmet par son Charisme, sa conviction profonde que nous sommes unis dans un grand tout. Ce natif de la Corse qui se revendique comme tout un chacun, citoyen du monde, à aucun moment ne tombe dans le repli sur soi et l'indifférence des autres, préférant partager avec le public sa vision globale et son choix de vie dans la sobriété.

Nous sommes tous captivés par sa personnalité attachante et communicative. Ce vaste sujet sur la non-violence, concis quoique limpide, malgré les 2 heures d’exposé , nous parlent, nous titilles les oreilles et résonnent en nous , tel un ADN surgissant du fond du corps, si ce n'est du cœur, sortant tout droit de son sommeil plus ou moins profond tout en s'accordant à notre propre soi. 

Son interprétation magistrale nous submerge d'émotions. Tour à tour il égraine par le biais de ces mascottes, comme pour illustrer ces propos, une Girafe, un Chacal ou un mouton, ces emblèmes représentatifs qui illustrent nos différents comportements. 

Son éclairage nous guide en nous faisant prendre conscience de qui nous sommes vraiment et de notre relation au monde qui nous entoure.

Ce sentiment d'appartenance à cette race humaine ou à un tout, dont on en oublie parfois le sens, nous bouleverse à la fin de son plaidoyer et nous questionne sur notre propre approche à notre existence, qui elle, est inscrite en nous tous sans distinction.

J'appelle de tous mes vœux, l'appropriation par l'humanité de ces sujets et de ces pratiques pour éviter précisément de tomber dans l'indifférence générale de nos semblables, ainsi que de notre environnement et de fait de prendre conscience de l'importance de développer partout dans le monde une éducation basé sur l'amour, le partage et le respect de dame nature, afin d'élever notre conscience au niveau qu'elle devrait censé être, c'est à dire le plus haut possible du cou de la Girafe pour citer Jean-François Bernardini.

I.R



Lire l'article en entier

Commentaires

Tirez le meilleur parti des News de la Gazette en vous connectant
S'identifier S'inscrire